Santé & Bien-être

Musculation dans l’Hexagone : chronique d’un phénomène qui explose

salle de sport

Hypertrophie, sèche, ectomorphe, Whey, pronation… le jargon de la musculation n’a jamais été aussi tendance auprès des jeunes Français. Sculpter son corps est aujourd’hui un dessein assumé, et les salles de sport jouent des coudes avec les bars pour s’ériger en lieu attitré de rencontres et de convivialité. Plus qu’un simple loisir healthy, la musculation s’est muée en mode de vie plébiscité. Eclairage…

La salle de sport : ce lieu de rencontre et de convivialité !

Au Salon du Body Fitness organisé annuellement au Parc des Expositions de Paris, la courbe des visiteurs suit une tendance haussière à deux chiffres. Ils s’exhibent dans des débardeurs, se jaugent, se comparent et échangent à propos des nouvelles méthodes d’entraînement en provenance du Pays de l’Oncle Sam. En 2015, ils ont été plus de 43 000 à flâner le long des allées du salon, soit une augmentation de 43 % par rapport à l’année précédente !

Cette tendance reflète en réalité la volonté des Français de se prendre en main, comme en témoigne la grande proportion de ceux qui pratiquent pour s’entretenir et garder la forme comparativement à ceux qui fréquentent la salle dans un objectif de performance physique. D’un autre côté, les professionnels de la filière sont unanimes : c’est principalement la gent féminine qui a permis l’essor des salles de musculation. « Auparavant, les salles de sport étaient essentiellement réservées aux hommes, elles n’étaient pas très jolies », explique Yves Minguet, PDG d Multiform, fabriquant français de machines de sport. « Désormais, elles sont belles, elles sont attirantes, elles se sont adaptées à la gent féminine. Et puisque les femmes y vont, les hommes font de même », détaille-t-il.

Encadrer les dérapages

Aujourd’hui, l’Hexagone compte quelque 4 000 salles de musculation. Impressionnant ? Pas tellement. « On est très loin de l’Allemagne et l’Angleterre », constate Thierry Marquer, PDG de l’Orange Bleue, un groupe d salles de sports. Toutefois, l’écart entre la France et ses voisins s’explique aisément par un parti pris que l’on ne peut que saluer. Pour exercer en tant que coach sportif, il est obligatoire de justifier d’un diplôme reconnu par l’Etat, ce qui n’est pas le cas dans tous les pays du Vieux Continent. Cette mesure vise à limiter les dérapages et à maximiser la sécurité des pratiquants.

Pour beaucoup, l’inscription en salle de musculation est un levier de changement. Les débutants sont nombreux à se ruer sur les articles de site en ligne comme sport-actus.fr pour s’informer sur les moyens de booster la prise de masse ou de maximiser les chances de réussite de la période de sèche ! Culte des apparences pour certains, élan de développement personnel pour d’autres, la musculation est manifestement vouée à un bel avenir dans l’Hexagone, et pas que dans les salles !

Laisser un commentaire