Mode & Beauté

Comment devenir coiffeuse-maquilleuse à domicile ?

coiffeuse-maquilleuse à domicile

Vous êtes titulaire d’un diplôme de coiffure et/ou de maquillage et souhaitez gagner votre vie grâce à vos compétences ? Vous souhaitez également éviter dans la mesure du possible d’exercer dans un salon ? Pour vous la flexibilité horaire est une nécessité ? Alors opérer au domicile de votre clientèle est certainement la meilleure option pour vous. Découvrez ici quelles sont les modalités pour exercer dans ces conditions, et quels sont vos prérogatives sur le plan légal.

Les modalités d’exercice nécessaires

La première nécessité afin d’exercer en tant que coiffeuse-maquilleuse à domicile est d’obtenir une carte d’artisan ambulant. Elle vous coutera 15 € à renouveler tous les 4 ans. Elle doit être demandée auprès de la chambre des métiers et de l’artisanat de votre ville. Dès votre demande, un certificat provisoire vous est remis (sur demande) et au bout d’un mois, vous récupérez la carte définitive.

À savoir : si vous envisagez de travailler uniquement dans votre commune de résidence, vous n’avez pas besoin de cette carte.

Ensuite, il sera préférable pour vous permettre de travailler dans les meilleures conditions d’avoir du matériel esthétique professionnel. De nombreuses solutions existent pour cela en fonction des services que vous proposerez et de votre budget.

À savoir : des mallettes sont aujourd’hui proposées qui permettent de conserver votre matériel dans de bonnes conditions pour ne pas risquer d’égarer un élément couteux.

Auto-entrepreneur ou création de société ?

Ne pas travailler dans un salon et opter pour un service à domicile ne vous exempte pas des obligations légales. Ainsi, afin de respecter la loi du travail, il faudra vous déclarer en tant que professionnel(le) et pouvoir délivrer des factures. Pour cela, deux choix de statuts professionnels s’offrent à vous :

  • le statut « auto-entrepreneur » : certainement la méthode la moins complexe, elle permet de facturer sans nécessiter beaucoup de paperasse. Également, en tant qu’auto-entrepreneur, vous n’êtes pas soumis à la TVA, et votre comptabilité est grandement simplifiée, ce qui vous permettra de réduire les coûts de vos prestations. Cependant, ce statut plafonne votre chiffre d’affaires à 32 900 € par an. Aussi, vous ne pourrez pas déduire les frais liés à votre activité (déplacements, produits…). Enfin, et c’est certainement le point le plus important, ce statut ne propose pas de protection financière. Ainsi, en cas de difficultés financières, les créanciers peuvent se servir dans votre patrimoine personnel, ce qui peut très vite devenir problématique ;
  • le statut « création de société » : beaucoup plus sécurisant que le statut d’auto-entrepreneur, vos biens personnels sont ici protégés. Une société peut être créée avec 1 € symbolique de biens de société. Également, la création d’une société permet d’éviter le plafond du chiffre d’affaires. Cependant, et c’est peut-être le plus gros inconvénient de ce statut, le nombre de formalités nécessaires à sa création est conséquent. Toutefois, ce statut est beaucoup plus rassurant pour les banques et les fournisseurs, ce qui permettra de faciliter le financement de votre activité.

Laisser un commentaire