Maison & immobilier

Immobilier d’entreprise : comprendre son mécanisme

Lorsqu’un particulier s’apprête à faire un investissement immobilier, c’est soit pour avoir son propre logement, soit pour faire l’acquisition d’un bien en vue de le louer à un autre particulier. Pourtant, l’immobilier d’entreprise vers lequel se tournent peu de particuliers constitue l’investissement le plus rentable. Cette faible appétence pour l’immobilier d’entreprise de la part des particuliers est probablement due à des idées reçues qui voudraient que ce type d’investissement soit vu comme la chasse gardée des banques, fonds et autres sociétés d’assurance. La profonde méconnaissance des rouages de l’immobilier d’entreprise pousse les particuliers à se focaliser essentiellement sur l’immobilier résidentiel. Cet article vise à combler ce déficit d’informations en abordant les mécanismes de l’investissement dans l’immobilier d’entreprise.

La solution de la société civile immobilière (SCI)

Le marché de l’immobilier d’entreprise est souvent investi par les sociétés civiles immobilières (SCI) qui constitue la solution classique pour investir dans ce secteur. Vous pouvez créer une SCI avec les membres de votre famille ou avec des associés. L’acquisition du bien à louer se fait par l’intermédiaire de la SCI. Les revenus fonciers sont répartis entre les associés en fonction de leur quote-part.

Il existe aussi la possibilité de créer une société civile de placement immobilier (SCPI). La SCPI présente moins de contraintes que le SCI. Dans ce cas, les associés font l’acquisition d’une partie du patrimoine immobilier et confient l’administration du bien à une société de gestion. Il existe également la possibilité de l’organisme de placement collectif immobilier (OPCI) ; cette solution est moins rentable que la SCPI et est plus exposée à la bourse.

La location de locaux équipés : le cas de la SNC

De même qu’il est possible dans le cas de l’immobilier résidentiel de louer un appartement meublé, il est également possible dans le cas de l’immobilier d’entreprise de louer des biens qui sont déjà équipés. Dans ce cas le bailleur est considéré comme un commerçant et à cet effet, il doit créer une société en nom collectif (SNC) dont il assure la gérance.

Il a la possibilité dans ce cas de prendre des associés. La SNC fait l’acquisition du bien, effectue les travaux et achète les équipements nécessaires aux locaux en respectant sa capacité économique. La SNC est éligible à un certain nombre d’avantages fiscaux notamment la déduction des frais de mutation sur la première année, la déduction des intérêts et l’amortissement annuel du prix du local.

Laisser un commentaire