Économie

Renault en forte croissance grâce à sa gamme de voitures mondialisées à couts serrée

Aujourd’hui, on peut dire que la firme au losange est en train de se refaire une santé dans le monde. En effet, elle vient de battre le record du premier trimestre 2017 au niveau des ventes dans les pays émergents. Pour l’industrie automobile française, c’est une très bonne nouvelle. Renault n’avait jamais, de son histoire, autant vendu de modèles de voitures en un seul trimestre (1.88 million). Ce qui représente une hausse de 10 % par rapport à la même période en 2016.

Plus d’innovation pour des couts réduits

Il faut dire que la marque au losange est en train de réussir parfaitement sa sortie de l’Union européenne. D’ailleurs, il est de plus en plus difficile de comparer PSA et Renault. La comparaison n’est plus vraiment évidente, car au moment où l’un est encore tributaire de la croissance européenne, l’autre est désormais en mesure de s’adapter aux évolutions du marché.
En effet, à partir de 2005, le patron de Renault près de Vitrolles, Carlos Ghosn, a eu comme idée d’accompagner le développement des classes moyennes dans les pays émergents.

Il s’agit surtout d’innover à l’envers et pas seulement d’adapter les coûts de fabrication à la clientèle visée. C’est ainsi que le programme Logan est apparu en 200 et qui a fait fureur pendant 13 ans. Par exemple, en Iran, les ventes de ce modèle sont littéralement triplées au premier semestre. Avec le programme Duster en 2009, ce 4×4 low-cost, le modèle s’est rapidement positionné comme étant la voiture la plus vendue par Renault après l’incontournable Clio. On a, par ailleurs, la Kwid, une toute petite voiture lancée en Inde et qui a connu un réel succès. Son prix tourne autour de 3500 euros.

La diplomatie « Ghosn »

La prochaine étape du déploiement de Renault près de Vitrolles et dans le monde, c’est sans doute le lancement de la Renault Kwid en Amérique Latine. Là encore, on parle d’une certaine adaptation aux contraintes géographiques de la zone. Dès lors, la gamme qui sera proposée au Brésil sera plus élevée qu’en Inde et passera de 3500 à 8500 euros. Ce prix est justifié par des normes un peu plus strictes et surtout par la protection des salariés au niveau salarial sont plus présents que dans les pays asiatiques. Quoi qu’il en soit, il est aujourd’hui acquis que Renault a repris sa place de constructeur automobile de choix en France et à l’international.

Laisser un commentaire